Interview Odile Haumonté

Odile Haumonté écrit depuis que qu’elle est toute petite. Avant même de savoir tenir un crayon, elle inventait des histoires, et dès qu’elle sut écrire elle remplit des cahiers entiers. Après des romans historiques (la vie du saint Curé d’Ars, de saint Tarcisius, l’histoire de la Garde suisse, la Guerre de Cent Ans…), et deux autres romans basés sur l’Évangile (le Fils de la nuit et le Ressuscité de Naïn) elle vient de publier son dernier roman, une remarquable vie de saint Joseph.

Odile Haumonté, votre livre montre une grande connaissance de la tradition biblique. Avez-vous-vous suivi une formation en théologie ?

Je me suis mariée en 1988 et je suis entrée avec mon mari à la communauté des Béatitudes. Dans cette communauté où nous avons passé quatorze ans, j’ai approfondi mon rapport à l’Écriture sainte. Nous lisions la Bible tous les jours et avions très fréquemment des enseignements ou des partages pour approfondir toujours plus notre connaissance de la Parole de Dieu. Ce qui fut vraiment original aux Béatitudes et qui vint s’ajouter à cette étude biblique fut la fréquentation du judaïsme. Une des grâces de la communauté des Béatitudes est en effet d’inviter les catholiques à redécouvrir le judaïsme comme la religion et la culture dont fut imprégné Jésus. Grâce à de nombreux enseignements, à des rencontres avec des Juifs et à la célébration des fêtes juives, j’ai pu approfondir ma connaissance du judaïsme et replacer ainsi la vie de Joseph dans son contexte non seulement géographique et historique, mais également religieux. Enfin, j’ai vécu quatre ans en Afrique, au Gabon plus exactement, avec ma famille et j’ai pu découvrir une manière de vivre qui ressemble un peu à celle de l’époque de Jésus : une vie de village où tout le monde se connaît, une vie plus communautaire qu’individualiste où les gens ne sont pas enfermés dans les maisons, mais vivent autant dehors que dedans, l’importance du rôle des Anciens, etc.

Votre ouvrage n’est-il pas plus proche du conte biblique que du roman ?

Pour moi, le conte poursuit un but pédagogique, il se termine par une morale. Ce n’est pas le but de Joseph. Mon livre veut plutôt être une méditation sur le mystère de cet homme dont la sainteté nous dépasse infiniment. Je propose des pistes de réflexion plutôt que je ne donne des réponses… que je crois impossible à fournir ! Le livre est un roman au sens où j’en pose le décor, où un certain nombre de personnages qui entourent Joseph ont été imaginés. Il me semble que le roman, en tant qu’il fait entrer le lecteur dans un univers, lui permet de ressentir de l’intérieur des vérités théologiques qui, peut-être, risqueraient de rester au niveau de la tête, de la réflexion, plutôt que de rejoindre le cœur.

N’est-il pas dangereux d’imaginer une vie de saint Joseph, au risque de délaisser l’Évangile qui est moins « détaillé » ?

Saint Ignace dans ses Exercices invite à méditer une scène d’évangile en imaginant les couleurs, les odeurs, les bruits, toute la vie qui se déroule autour de l’évènement, à entrer vraiment dans l’action comme si nous en étions l’un des acteurs. C’est un peu ce que ce livre Joseph propose au lecteur : un voyage au cœur de l’Évangile. Je pense avoir pris les précautions nécessaires pour éviter toute dérive. Plusieurs théologiens ont relu le manuscrit et y ont apporté bon nombre de corrections et remarques, notamment sur l’attitude de la Vierge Marie qui demeure d’une absolue conformité à ce que l’on apprend d’elle dans les Évangiles ou dans les méditations et prières des saints, des Pères de l’Église dont je me suis très largement inspirée.

J’espère de tout cœur que mon livre n’incitera pas le lecteur à délaisser l’Évangile, mais, au contraire, à y puiser en abondance pour vérifier tel ou tel détail, pour se replonger dans les mystères insondables de l’Annonciation, de la Visitation ou du songe de Joseph. Plus on fréquente la Parole de Dieu, plus on en reçoit de lumières et de réponses pour notre vie quotidienne. C’est ce que mon livre voudrait rappeler et – ce fut mon vœu le plus cher en l’écrivant – susciter !

Pourquoi saint Joseph ? Êtes-vous particulièrement proche de lui ?

Ce livre sur saint Joseph me tient particulièrement à cœur parce qu’en effet, c’est un saint que j’aime et que je vénère tout spécialement. Pour moi, c’est le plus grand de tous les  saints après la Vierge Marie. Pour que Dieu lui confie son Fils, il fallait que ce soit vraiment un être exceptionnel ; mais, en même temps, il faisait preuve comme Marie d’une totale humilité, et les gens de Nazareth n’ont rien remarqué. Ils disaient en parlant de Jésus : « N’est-il pas le fils du charpentier ? » On voit donc que la sainteté de Joseph était à la fois immense et cachée, secrète, presque invisible. C’est ce paradoxe qui me le rend si proche et j’ai eu envie de m’approcher un peu de ce mystère… tout en sachant qu’il continuerait à me dépasser. Je ne révèle pas le secret de Joseph, j’invite juste à ce que nous méditions dessus pour nous en émerveiller. Joseph m’émerveille et j’ai voulu partager cet émerveillement.

Quel est votre prochain ouvrage en vue ?

Mon prochain ouvrage, à paraître au printemps, présentera la vie de saint Paul, en réponse à l’appel de notre pape Benoît XVI à célébrer par une « Année saint Paul », de juin 2008 à juin 2009, le bimillénaire de la naissance de l’apôtre que l’on situe aux environs de l’an 8. Destiné à un public jeunesse, il sera publié aux Éditions Téqui dans la collection des Sentinelles.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s