La paix, une fleur rare

Chers amis internautes,

Les événements sanglants et douloureux de ces derniers mois nous ont montré l’urgence de prier pour la paix. Bien sûr, la prière continuelle pour la paix dans le monde est l’une des priorités des chrétiens, que ce soit au plan ecclésial dans les prières de la messe chaque jour, ou au plan personnel. Nous recevons la paix de la bouche même de Jésus : « Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix », et nous la répandons autour de nous. Nous savons bien aussi, pour l’avoir entendu et avoir tenté de le vivre, que la paix sur terre commence par la paix en nous. La bienheureuse Mère Teresa, qui avait écrit cette phrase sur une carte qu’elle donnait volontiers, nous propose un chemin qui va du silence à la paix : « Le fruit du silence, c’est la prière ; le fruit de la prière, c’est la foi ; le fruit de la foi, c’est l’amour ; le fruit de l’amour, c’est le service ; le fruit du service, c’est la paix. »

Le silence nous fait souvent peur, nous le remplissons de musique ou de paroles, que ce soit dans la voiture, dans les transports en commun et même en faisant du sport. Les chants d’oiseaux n’ont-ils plus rien à nous dire ? Retrouver le silence intérieur, c’est retrouver la voix de Dieu qui nous dit son amour, notre propre voix qui nous parle de nos souffrances et de nos bonheurs, et la voix des autres qui murmure à nos cœurs.

La prière est la réponse à ces voix pour que s’engage le dialogue de l’amour, du respect, de la bienveillance.

Elle nous conduit à la foi qui nous permet de nous savoir aimés, choisis, préférés. Notre vie prend un sens dans ce regard d’amour du Père, du Fils, du Saint-Esprit qui nous donnent sans cesse la vie. Nous ne sommes pas en ce monde, ici et maintenant, par hasard ; nous venons de l’amour et nous allons à l’amour.

Forts de cet amour, nous pouvons en vivre et faire vivre. Nous pouvons nous mettre au service de nos frères car tout est important à l’aune de l’amour de Dieu : un sourire, un coup de téléphone, une visite, un engagement d’Église, une demande de pardon…

C’est ainsi que naît la paix, comme une fleur rare dont on s’émerveille. Le chemin est long, rude parfois, mais quelle lumière l’éclaire à chaque pas ! Si Mère Teresa ne cite pas la joie, c’est qu’elle est présente à chaque étape, donnée par surcroît. Chrétiens, témoins de l’amour, nous sommes des hommes et des femmes de joie ; nous sommes des hommes et des femmes de paix.

Alors, chers amis internautes, « que Marie, Mère de Jésus, nous aide à comprendre et à vivre tous les jours la fraternité qui surgit du cœur de son Fils, pour porter la paix à tout homme sur notre terre bien-aimée » (Pape François, message pour la Journée mondiale de la Paix, 2014).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s